• Mon compte
  • Se déconnecter
  • Mot de passe oublié ?
Le bilan d'infertilité du couple
Les essentiels Parent.fr
Bilan d’infertilité : les examens prescrits aux couples
Cet article est proposé par
Bilan d’infertilité : les examens prescrits aux couples

Échographie, bilan hormonal, spermogramme… plusieurs examens sont recommandés dans le cadre d’un bilan d'infertilité. Plus ou moins invasifs, ces tests concernent aussi bien l’homme que la femme.

La courbe de température

Elle permet de détecter des troubles de l'ovulation. Concrètement, cela consiste à noter sa température chaque matin, à la même heure. Une courbe normale montre des variations de quelques dixièmes (2 au minimum) : en début de cycle la température est basse, puis elle plonge le jour même de l'ovulation et remonte au-dessus de 37 en deuxième partie de cycle après l'ovulation. Elle reste ensuite stable, mais à un niveau plus élevé qu'en début de cycle, et ce, jusqu'à l'arrivée des règles. En savoir plus sur la courbe de température.

L'échographie pelvienne

C'est l'un des premiers actes demandés par le médecin. L’échographie pelvienne permet de détecter certaines malformations ovariennes (kystes...) et utérines (fibrome,polypes, malformations, endométriose...). En cas de suspicion, des examens plus approfondis sont prescrits.

Les bilans hormonaux

Les problèmes d'infertilité peuvent être liés à des troubles hormonaux. Il est donc indispensable de doser certaines hormones dans le sang pour s'assurer de leur présence et vérifier leur quantité. On mesure ainsi les taux d'estradiol (qui stimule la croissance d'un follicule sous l'effet de la FSH), la FSH (qui permet la maturation d'un follicule chaque mois), le LH (qui provoque l'ovulation), la progestérone (signe de bon fonctionnement ovarien), la prolactine (un excès perturbe l'ovulation) et parfois l'inhibine B et l'hormone anti-mullerienne (qui apportent des compléments d'informations sur la réserve ovarienne reflétant l'âge des ovaires). Il est important de faire ces examens au bon moment dans le cycle menstruel et de respecter la prescription de votre gynécologue. Certains examens (comme le dosage de la FSH) ne sont pas faits de la même façon dans tous les laboratoires d'analyses et si votre médecin vous conseille plutôt tel endroit, allez-y ! C'est qu'il y envoie ses patientes et qu'il est satisfait des résultats. On gagne parfois du temps à aller à côté de chez soi par facilité, mais il faut refaire les examens en cas de problème.

Le spermogramme

Il s'agit d'une analyse du sperme obtenu après masturbation au laboratoire d'analyses. On peut ainsi observer la mobilité des spermatozoïdes et les compter. Le sperme contient normalement entre 20 et 400 millions de spermatozoïdes. S'il y en a moins, on parle d'oligospermie. Le terme d'azoospermie signale l'absence de spermatozoïdes. Enfin l'asthénospermie indique non pas le nombre de gamètes mais leur faible mobilité, pourtant indispensable pour atteindre puis féconder l'ovocyte. Enfin, il est primordial que 40 % au moins des spermatozoïdes aient une morphologie normale : tête et flagelle bien en place. Si le spermogramme montre des « défauts », il est conseillé d'en refaire un, deux à trois mois plus tard. Et même si votre conjoint a été responsable d'une grossesse avec une autre femme, il est souhaitable de faire cet examen.

Le test de Huhner ou test post-coïtal

Il s'agit d'un prélèvement vaginal, à faire en laboratoire dans les heures qui suivent un rapport sexuel. On examine ainsi le comportement des spermatozoïdes dans la glaire cervicale. On peut également analyser la glaire, sa texture et sa quantité, des éléments indispensables à la fertilité. Ce test ne remplace pas pour autant le spermogramme.

L’examen des trompes

Dans tout bilan d'infertilité, il y a un examen de la sphère génitale pour vérifier que les spermatozoïdes peuvent circuler sans obstacle jusqu'à l'ovocyte. On pratique pour cela une hystérosalpingographie, un examen radiographique utilisant un produit opacifiant qui permet de voir si les trompes sont bouchées. Cet examen permet également une bonne observation de l'utérus. On réalise en général plusieurs clichés. Les résultats sont immédiats. L'examen peut être douloureux et, dans les heures qui suivent, les douleurs de ventre sont aussi fréquentes. Néanmoins, si cet examen, qui a mauvaise réputation, est fait par un gynécologue ou un radiologue qui en a l'habitude, il peut être certes inconfortable mais doit se dérouler sans réelle douleur.

Le bilan d'infertilité du couple

Sur le thème infertilité

Vos commentaires
Aucun commentaire n'a encore été déposé pour ce contenu.
Ajouter mon commentaire
Je m'abonne

Espace magazines

Profitez de nos offres d'abonnement exclusives !