• Mon compte
  • Se déconnecter
  • Mot de passe oublié ?
Tout sur la dépression du post-partum
Les essentiels Parent.fr
Tout sur la dépression du post-partum
Cet article est proposé par
Dépression postnatale : la reconnaître

10 à 20 % des femmes vivraient une dépression après la naissance de leur enfant. On fait le point sur ce mal encore méconnu.

Les mamans souffrant d'une dépression du post-partum éprouvent souvent un sentiment de culpabilité lié à une incompétence à s’occuper de leur bébé. Cela provoque une anxiété très forte en rapport avec la santé ou la sécurité du bébé. Elles ont peur de faire du mal au bébé. Certaines femmes donnent aussi l’impression de se désintéresser de leur enfant. Enfin, en période de dépression, on a tendance à s’isoler et se replier sur soi, en ayant parfois des pensées morbides ou suicidaires.

Baby blues ou dépression ?

Certains signes de la dépressions postnatale ne sont pas très évocateurs car ils existent souvent dans cette période qui suit l’accouchement. On peut les confondre – à tort – avec un simple baby blues. Les mamans connaissent souvent des perturbations de l’appétit ou du sommeil, éprouvent une grande fatigue et manquent parfois d’intérêt pour des activités courantes.

Des facteurs à risques

Il est impossible de prédire qui fera une dépression après la naissance. Néanmoins, certaines mamans sont d’emblée plus vulnérables que d’autres. Notamment celles qui ont déjà connu un épisode dépressif pendant ou avant leur grossesse.
La dépression postnatale peut survenir quand la grossesse ou l’accouchement ont été difficiles, quand une grossesse n’a pas été désirée ou lorsque des problèmes sont survenus chez le bébé à la naissance (prématurité, petit poids, hospitalisation…).
Des facteurs socio-économiques favorisent aussi la difficulté maternelle : problèmes de couple, une maman isolée, une période de chômage...
Enfin, un évènement stressant récent, comme un deuil ou une rupture conjugale a également une influence.

Les conséquences de la dépression postnatale pour le bébé

Il s’agit essentiellement d’une influence sur le développement psychoaffectif et comportemental de l’enfant. Les enfants de mères dépressives peuvent présenter des signes d’irritabilité ou d’anxiété avec une difficulté à se détacher de leur mère et une peur des autres. Parfois ils présentent un retard dans les apprentissages, tel le langage ou la motricité. D’autres bébés souffrent de troubles digestifs (spasmes, rejets) ou de troubles du sommeil.

Le lien mère enfant et le couple

Dans une relation fortement perturbée par la maladie, les mamans dépressives sont souvent moins attentives aux besoins de leur enfant, se montrent moins affectueuses et tolérantes. Des conflits au sein du couple naissent souvent de la dépression postnatale et il n’est pas rare que le conjoint finisse par présenter lui aussi un problème psychologique. La première des choses lorsqu'on se sent mal après la naissance de son bébé est de parler de sa souffrance et surtout ne pas s'isoler. La famille, le papa, les amis proches sont souvent d'une grande aide. L'association Maman blues vient en aide aux mères qui vivent difficilement leur maternité. Bien souvent un suivi psychologique est nécessaire pour remonter la pente.

 
Dépression du post-partum : le témoignage de Marion
Vos commentaires

1 commentaire
sur "Tout sur la dépression du post-partum"

  • 22h, mar 04 nov. anonyme J'ai fais une grosse dépression post partum a la naissance de mon fils il y a 2 ans et je me sentais vraiment très très seule et mal informée.. Il n'y a malheureusement pas grand chose sur le net a ce sujet ou seulement des forums ou l'ont peu lire des témoignages de mamans qui elles aussi vont mal et cherchent du soutien, des conseils et des témoignages encourageants.. Rien de très rassurant et positif en bref.. Pour mon cas j'ai était suivi par l'unité mère enfant de ma ville, j'ai eu aussi besoin d'un traitement médicamenteux et j'ai étais très bien entouré et épaulé par mes proches et le papa.. J'ai passé quelques mois très difficiles, je dirai même les pires de toutes ma vie car je suis allée jusqu'au idées suicidaires et le regret d'avoir eu mon bébé, c'est horrible a dire mais c'est la triste vérité.. Mais j'ai commencé à sortir la tête de l'eau au bout de 6 mois et au bout d'un an j'arrêtais mon traitement.. Le papa a très bien pris le relais lorsque je n'avais pas la force ni l'envie de câliner mon bébé et de ce fait j'ai l'impression que mon fils n'a pas du tout était marqué par cette période.. Mon homme a était mon pilier, mon Roc comme je lui dis souvent, il a était d'une patience a toute épreuve et il a eu la force de me soutenir et m'aider a me relever tout en donnant amour et tendresse à notre bébé.. Aujourd'hui je suis une maman heureuse et comblée, je culpabilise encore d'avoir pu penser certaines choses à l'époque mais je me dis que c'est comme ça et que je n'étais pas dans mon état normal.. Je tiens surtout à rassurer les mamans qui se sentent si mal et se sentent incomprises, on s'en sort, on redevient celle qu'on était avant et on reprend confiance.. Il faut surtout ne pas s'isoler et se faire aider un maximum, psychologiquement, médicalement, ... Il faut en parler c'est le remède principal.. > Signaler un abus
Ajouter mon commentaire
Je m'abonne

Espace magazines

Profitez de nos offres d'abonnement exclusives !