• Mon compte
  • Se déconnecter
  • Mot de passe oublié ?
Kareen : mon traitement FIV
Kareen : mon traitement FIV

Combative, Kareen continue les traitements pour devenir maman. Après une première expérience en PMA qui lui a donnée une petite fille, Kareen et son mari se relance dans une nouvelle FIV. Témoignage.

Première phase : réguler mon cycle menstruel

Début juillet. Nous avons revu notre gynécologue pour connaître la suite de notre parcours. Je suis ressortie de son bureau pleine d’espoir et de motivation, mais, surtout, avec toutes les ordonnances en main. En arrivant au rendez-vous, j’étais un peu angoissée car il m’avait demandé de perdre entre 5 et 10 kilos, objectif que je n’ai pas encore atteint. Pour l’instant, je n’ai pu m’alléger que de 2 kilos, mais il me reste jusqu’à fin août.
Résultat : il ne m’a pas pesée et m’a quand même remis les ordonnances ! Cela confirme mon sentiment : la question du poids était une fausse excuse pour me refuser la FIV au mois de juin. Qu’importe, aujourd’hui, j’ai mes ordonnances. Je vais enfin pouvoir commencer mes traitements…

Des cycles anarchiques

J’ai commencé à prendre des cachets pour régulariser mes cycles menstruels car c’était la vraie anarchie ! Aujourd’hui, je suis sous Provames pendant 21 jours (comme une pilule) et sous Duphaston du 15e au 25e jour de mon cycle. Je prendrai de la Speciafoldine (acide folique) à partir de début août.
J’entamerai le « vrai » traitement fin août. Je suis un peu stressée car il est différent de celui que j’ai eu pour mon premier parcours FIV. Sur le principe, c’est la même chose, mais pas avec les mêmes médicaments. L’avantage, cette fois-ci : je n’aurai pas encore repris le travail. Je n’aurai pas à « courir » pour aller faire les prises de sang et les échographies. Dès la fin de l’été, donc, quand je vais avoir mes règles, on commencera les injections de Puregon tous les soirs, pendant environ 12 jours. A partir du 6e jour du cycle environ, j’aurai en plus des injections d’Orgalutran. Toutes ces injections se font dans l’épaule, et c’est mon mari qui s’en charge ! D’un coup, il doit se transformer en infirmier. Nous n’avons pas le droit de faire venir une infirmière à domicile. En gros, c’est « Débrouillez-vous avec vos piqûres et votre stress ! »

Prises de sang et échographies

Ce parcours s’accompagne de prises de sang et d’échographies, tous les deux jours environ, pour contrôler l’évolution du développement des follicules et savoir si les dosages des piqûres sont corrects. On surveille aussi (et surtout !) que mon corps réagit bien au traitement. Après tout cela, rien n’est gagné… Il faut obtenir un certain nombre de beaux follicules pour pouvoir envisager la ponction.

Ce qui m’attend…

Lorsque j’aurai de « beaux » follicules, on pourra envisager une ponction. La veille, on m’injectera une hormone appelée gonadotrophine chorionique pour déclencher l’ovulation. Cette fois-ci, j’aurai droit à une infirmière puisque la piqûre se fait en intraveineuse. Le lendemain, la ponction se fera sous anesthésie générale. Il n’y aura plus qu’à attendre de savoir si mes ovules ont bien été fécondés par les petits spermatozoïdes de Monsieur !
Étant donné que j’ai accouché prématurément de ma première fille (à 5 mois et demi de grossesse), mon gynécologue aimerait me réimplanter l’embryon à J+5, c’est-à-dire au stade de blastocyste. A ce stade, l’embryon est plus développé, par contre on ne peut en réimplanter qu’un seul. Si on réimplante à J +2, on peut réimplanter deux embryons. Mais, à cause de mon accouchement prématuré, mon gynéco ne veut pas prendre le risque de me faire vivre une grossesse gémellaire.
Après cette grande étape, il faudra attendre douze jours pour faire une prise de sang qui confirmera ou non que la FIV a fonctionné
Aujourd’hui, je suis dans un état d’esprit assez positif. Mon parcours se précise. Je souhaite tellement que cette FIV fonctionne… et j’y crois ! Je sais déjà à quoi m’attendre concernant le traitement, et la fatigue psychologique qu’il entraîne.

 

Retrouvez le début des aventures de Kareen : Mon deuxième parcours PMA

 
Deuxième phase : la stimulation ovarienne
Vos commentaires
Aucun commentaire n'a encore été déposé pour ce contenu.
Ajouter mon commentaire
Je m'abonne

Espace magazines

Profitez de nos offres d'abonnement exclusives !