3-6 ans : ses petits tics et manies
3-6 ans : ses petits tics et manies
Le besoin de se rassurer

Ces comportements compulsifs (envies irrépressibles) font partie des troubles de l’anxiété mineurs. L’enfant se ronge les ongles, se tortille les cheveux ou grignote son pull pour contrôler ses tensions internes, cela lui permet de décharger son agressivité (envie de mordre) et de se procurer un plaisir (succion des doigts, du pull). Ces petits gestes involontaires d’auto-contact permettent de le rassurer, un peu comme le pouce ou la tétine que les plus petits ne peuvent s’empêcher de sucer. Mais ne vous en faites pas pour autant !

La réaction à un événement que l'enfant n’a pas su gérer

Ces petites manies apparaissent souvent à la suite d’un événement qui est venu déranger son quotidien : l’entrée à l’école, l’arrivée d’un petit frère, un déménagement… Quelque chose qui l’a inquiété et qu’il n’a pas su exprimer autrement qu’en rongeant ses ongles ou en mangeant son pull. Cette petite manie peut être passagère et ne durer que le temps de l’événement déclencheur : une fois les craintes de l’enfant estompées, la petite manie s’évanouira. Mais celle-ci peut persister alors même que la situation déclenchante a disparu. Pourquoi ? Parce que l’enfant (souvent nerveux) s’est aperçu que sa petite manie s’est révélée très efficace pour gérer au quotidien un manque de confiance en lui, un sentiment d’insécurité ou une agressivité contenue… Dès lors, à chaque fois qu’il se retrouvera dans une situation délicate, il s’adonnera à sa petite manie qui au fil du temps deviendra une habitude difficile à perdre.

Se poser les bonnes question sur les tics et manies de son enfant

Plutôt que d’essayer de la faire disparaître à tout prix, mieux vaut rechercher les causes de ce geste involontaire et repérer les moments où il se manifeste : avant de s’endormir ? Quand il est gardé par sa baby-sitter ? A l’école ? On peut alors se poser les questions qui en découlent et essayer d’en parler avec lui pour savoir ce qui le tracasse : a-il du mal à s’endormir ? Est-il heureux avec la personne qui le garde ? Est-il toujours copain avec Romain ? Se fait-il souvent gronder par la maîtresse ? Votre écoute bienveillante le rassurera et lui fera plaisir. Il ne sera plus seul à porter ce fardeau !

Être à l'écoute de son enfant et accepter ses petites manies

Rassurez-vous, ce n’est pas parce que vous devez chaque semaine raccommoder les manches de son pull ou que vous constatez qu’il se tortille systématiquement les cheveux en regardant la télévision, par exemple, que votre enfant deviendra obsessionnel et bourré de tics. L’anxiété existe chez tous les enfants. Évitez de lui faire remarquer son travers à chaque instant et d’en parler en public devant lui, vous risqueriez de le crisper sur sa manie et, pire, de l’atteindre dans son estime de lui-même. Au contraire, essayez de dédramatiser et d’adopter une approche plus positive en lui disant que vous pouvez l’aider à faire disparaître sa manie, qui de toute façon va partir un jour ou l’autre. Ou bien rassurez-le en lui confiant que vous aussi vous avez la même manie que lui. Il se sentira moins seul, moins coupable et il comprendra que ce n’est pas un handicap. Si votre enfant manifeste la volonté de s’arrêter et demande votre soutien, vous pouvez vous faire aider en consultant un psychothérapeute ou recourir au vernis à ongles amer, mais seulement s’il est d’accord, auquel cas, votre démarche sera perçue comme une punition et sera vouée à l’échec.

Quand s’inquiéter des tics ou manies de son enfant ?

Surveillez l’évolution de cette manie. Si vous constatez que les choses s’aggravent : par exemple que votre enfant s’arrache une mèche de cheveux ou se fait saigner les doigts, ou qu’à cette manie s’ajoutent d’autres signes de tensions (difficultés sociales, alimentaires, d’endormissement…), parlez-en au pédiatre qui pourra vous orienter si nécessaire vers un psychologue. Rassurez-vous, dans la majorité des cas, ce genre de manie disparaît d’elle-même aux alentours de 6 ans.


avec avec le Dr Michel Ruel, pédopsychiatre à Toulouse
Article publié le 24 avril 2008 Article mis à jour le 23 juillet 2014
Vos commentaires

1 commentaire
sur "3-6 ans : ses petits tics et manies"

  • 15h, mer 16 mars. anonyme bonjour je suis une jeune fille tres experimenter a la rechereche d'une garde d'enfant > Signaler un abus
Ajouter mon commentaire