SOS caprices
SOS caprices
Le caprice : une épreuve nécessaire

Un enfant qui ne piquerait aucun caprice, ça serait très inquiétant. Et pourtant ces petites colères, qui vous horripilent, sont indispensables au développement des tout-petits. Leur objectif : tester les limites et savoir si leurs parents sauront faire face aux revendications. Plutôt de culpabiliser et de vous mettre à hurler, mieux vaut les décoder et les comprendre. Entre 18 mois et 4 ans, le petit enfant est soumis à une "croissance accélérée". On lui demande beaucoup : apprentissage du pot, entrée à l’école… Toutes ces étapes, ces renoncements, ces défis le perturbent et se traduisent par des sautes d’humeur et des crises incontrôlées. Au chapitre des incontournables, on retient les caprices de table vers 12 mois qui leur font bouder les légumes et transformer les repas en véritable épreuve. Un seul conseil : essayez de rester zen et ne surtout pas bloquer sur la nourriture. Idem pour les crises du soir. A vous d’être ferme mais aussi tolérante et de mettre en place de nouveaux rituels plus sécurisants (veilleuse, porte entrouverte, lampe de poche sous l’oreiller, etc.).


Article publié le 3 janvier 2008 Article mis à jour le 16 octobre 2013
Vos commentaires

1 commentaire
sur "SOS caprices "

Ajouter mon commentaire