Diversification : la santé de Bébé en jeu !
Tout sur la diversification alimentaire
Diversification : la santé de Bébé en jeu !

Une bonne diversification alimentaire est essentielle pour grandir correctement !

La diversification : une phase d’apprentissage fondamentale
Contrairement à ce que pensent de nombreuses mamans, les nouveaux aliments introduits dans le cadre de la diversification alimentaire ne compensent pas le lait.
Ses apports nutritionnels changent
Au moment de la diversification alimentaire, l'organisme des petits gloutons enregistre une baisse des graisses (ils boivent moins de lait) alors que le taux de protéines et de glucides (sucres) augmente (s'ajoutent à celles des biberons du soir et du matin celles des nouveaux aliments).
Ainsi, si les possibles carences en fer et acides gras essentiels (avec risques d'anémie, de retard de développement) sont généralement comblées par les apports du lait maternel ou lait de suite (2e âge), le nouveau “régime” de Bébé est souvent la cause d'une surcharge en protéines favorisant plus tard l'obésité.
En revanche, les graisses (l'équivalent d'une noisette de beurre et d'une cuillérée d'huile végétale par jour) sont indispensables. Autrement dit : jamais, jamais de produits allégés pour Bébé !
Son système immunitaire à l'épreuve de la diversification alimentaire
Quelques grammes de banane écrasée et c'est la fête !... sauf si Bébé développe une spectaculaire urticaire et que, en contact avec ce nouvel aliment, son organisme a réagi et développé une allergie (le teint rose des bout'choux est d'ailleurs toujours un peu brouillé au moment de la diversification alimentaire). Voilà pourquoi il vaut mieux attendre les 6 mois révolus de Pitchoun pour porter à ses lèvres la première cuillère de compote.

Jusqu'à 1 an, on supprime les aliments les plus allergisants (petits pois, céleri, fruits exotiques, œuf, poisson, fruits de mer, moutarde, épices…), on élimine totalement l'arachide et on évite à tout prix noisettes, amandes et autres fruits à coque !
Et pensez à bien faire cuire fruits et légumes avant de les réduire en purée, cela les rend moins allergisants (ex : une banane se déguste pochée, pas crue !).
Ses acquisitions motrices se multiplient au moment de la diversification alimentaire
Pas moyen de faire avaler un quelconque aliment solide à Bébé avant 4 mois ? C'est normal ! Sa motricité buccolinguale (langue et bouche) lui permet seulement de sucer et de déglutir, d'avaler automatiquement. D'ailleurs, sa langue repousse vers l'extérieur n'importe quel petit morceau, solide ou pâteux : il le rechache. Ce n'est que vers 4/5 mois qu'il perdra ce réflexe pour garder le morceau, puis l'avaler. Et seulement entre 7 et 9 mois qu'il pourra le mastiquer. Il développera ainsi, et en même temps, les muscles des joues, des lèvres et du pharynx et apprendra du même coup... à se moucher comme un grand !
À savoir enfin : bonne croissance de ses mâchoires = moins d'otites et de troubles orthodontiques !
Autre acquisition importante, ses capacités de préhension s'affinent : la nature est si bien faite que, pile on lui offrira ses premières compotes, pile il parviendra à manier sa cuillère et à boire son petit biberon d'eau tout seul !


Article publié le 26 novembre 2007 Article mis à jour le 17 avril 2015
Vos commentaires
404 Not Found

Not Found

The requested URL /var/si-blocks/esi-comment/1/1/0/full-11091.html was not found on this server.

Ajouter mon commentaire