Propreté : les erreurs à éviter
Propreté : les erreurs à éviter

Les parents ont en général hâte que leur enfant devienne propre. Une impatience qui ne doit pas les pousser à commettre certaines erreurs, qui risqueraient au contraire de le freiner dans cette nouvelle étape....

Bébé sur le pot : oui mais pas trop tôt !

Avant l’âge de 18 mois, le système nerveux de l’enfant n’est pas assez mature pour lui permettre de contrôler ses sphincters. Ces muscles, situés autour de l’anus et de l’urètre, permettent de maîtriser l’ouverture et la fermeture de ces orifices et donc de se retenir. Proposer le pot trop tôt a votre bébé n’a donc aucun intérêt. Et même si cela donne parfois des résultats, ils doivent tout au hasard. Pour savoir s’il est physiquement prêt, on dit que l’enfant doit être capable de monter et descendre seul des escaliers, signe qu’il contrôle ces fameux muscles. Une couche non souillée pendant la sieste est aussi un signe annonciateur. Mais l’aspect psychologique n’est pas non plus à négliger. Si votre enfant se désintéresse totalement du pot et ne manifeste pas l’envie de se débarrasser de ses couches, il semble préférable d’attendre encore un peu.

Laisser l'enfant trop longtemps sur le pot

Pour commencer, il va falloir lui expliquer à quoi sert ce nouvel objet. Le mieux ? Le ranger dans les toilettes, et vous y montrer vous-même, si cela ne vous gêne pas, afin qu’il comprenne la fonction de cette pièce. Ensuite, vous pourrez commencer à l’y installer progressivement, les fesses nues. Choisissez de préférence le moment que vous pressentez le plus propice, c’est-à-dire celui de la journée où il a l’habitude de faire ses selles. Mais il est fortement déconseillé de l’y laisser trop longtemps. Rester plus de 10 minutes sur le pot serait vécu chez l’enfant comme une contrainte, l’empêchant de vaquer à des occupations plus intéressantes, et l’en dégoûterait. Si, au contraire, c’est lui qui souhaite y rester, rappelez-lui que le pot n’est pas un jeu. S’il n’a pas envie de faire, inutile qu’il s’éternise.

Le mettre sur le pot après chaque repas

Etablir une routine, c’est important pour l’enfant. Les rythmes l’aident et le rassurent. Mais aller à la selle doit rester quelque chose de spontané, car vous risquez sinon de le priver de la notion de besoin. L’enfant ne doit pas aller sur le pot parce que vous lui dites de le faire, mais parce qu’il en a envie. Au début, vous pouvez l’y installer après les repas, mais n’en faites pas une habitude incontournable. La routine à mettre en place doit donc plutôt ressembler à un rituel. Il ne doit pas être lié à l’heure qu’il est mais aux signaux qu’il vous envoie. À chaque fois que vous comprendrez qu’il s’apprête ou est en train de faire : guidez-le jusqu’au pot.

Insister sur l’idée que le pot fait devenir « grand »

Contrairement à ce que certains peuvent croire, la notion de « grandir » n’est pas l’argument le plus convaincant pour l’enfant, surtout à cet âge. La peur de l’inconnu et l’inquiétude qu’elle génère chez lui risqueraient de le bloquer. Rester un bébé, situation qu’il connaît, est une tentation rassurante. En assimilant les couches à ce statut, vous pourriez donc être surpris de l’y voir soudain s’y attacher.

Le féliciter à outrance

Faire dans le pot, ce n’est pas un exploit, c’est un acte naturel et nécessaire pour répondre à ses besoins. En le félicitant trop, votre enfant risquerait de voir dans le pot un véritable enjeu entre vous. Cette importance démesurée accordée à la propreté lui fournit un moyen de pression, à un âge où son goût pour l’opposition est déjà prononcé.

Dramatiser les échecs ou les rechutes

Au début, les accidents sont fréquents, et normaux. Tant que le réflexe du pot n’est pas acquis, il arrivera sans doute qu’il oublie de réclamer ou le fasse un peu trop tard. N’en faites pas toute une histoire. Armez-vous de patience et continuez de l’encourager. Rappelez-lui que vous lui faites confiance et qu’il finira par y arriver, à son propre rythme. Car même si vous êtes stressée par l’échéance de l’entrée à l’école, lui ne doit pas se sentir pressé. Vous pouvez lui expliquer qu’il faut être propre pour devenir écolier, cela en motive certains, mais ne lui mettez pas la pression. Il est aussi possible qu’il rechute après plusieurs jours de maîtrise. Là encore, ne dramatisez pas. Continuez de le soutenir et essayez d’en comprendre la cause. Il n’était peut-être pas encore prêt ou réagit à un bouleversement dans sa vie (naissance d’un cadet, absence d’un parent…).

Jeter ses selles sans lui expliquer pourquoi

Les tout-petits ont souvent bien du mal à comprendre que leurs selles, qui sortent d’eux, ne sont pas pour autant des « parties » d’eux-mêmes. Le fait de jeter le contenu du pot dans les toilettes, sans autre explication, peut donc être mal vaincu par votre enfant. Il est important de lui dire que ces excréments sont des déchets, que son corps a produits puis rejetés, et qu’il serait dangereux qu’il les garde en lui. Inutile de le forcer à regarder lorsque vous videz le pot si cela semble le déranger. Lorsqu’il se sentira prêt, il saura le faire savoir. Beaucoup d’enfants finissent par adorer aller vider leur pot eux-mêmes aux toilettes.


Article publié le 12 décembre 2008 Article mis à jour le 5 mars 2014
Vos commentaires

9 commentaires
sur "Propreté : les erreurs à éviter"

  • 15h, mer 19 oct. anonyme D accord avec le poste sur l'HNI les bebes ont la capacités de relacher leurs sphincters des la naissance ailleurs que sur eux meme a condition qu.on leurs proposent! Je l ai testé car au debut j etais sceptique et ca a marché très bien, certes ils ne se retiennent pas longtemps mais il est clair que nous les rendont insensible a ce besoin d elimination en leurs mettant la couche et certains de leurs pleurs de nourisson viennent de la. puis ils doivent reapprendre au moment de la "propreté". Perso j ai fini par lui remettre les couches vers 6 mois car les accidents et la grande disponnibilité que cela demande m'a épuisée, plus l'entourage qui me prennait pour une folle voir pire...mais j'ai constaté que c'etait efficace et qu il etait tout a fait capable de se retenir plusieurs minutes quand il gemissait pour m'alerter. Il faut revoir tout notre systeme de penser autour du bébé moi ca ma changée! Et je ne parle pas de la grande liberté de motricité que cela lui a procuré et de la conscience de cette partie de son corps. > Signaler un abus
  • 21h, ven 01 juil. anonyme Qu'est ce que je ne lit pas dans les commentaires !En tant qu'auxiliaire de puériculture travaillent en crèche et formé par des psychomotriciens et psychologue... Alors oui on peut être à l'écoute de son enfant et ne lui mettre des limites ! Moi même en tant que maman je met des limites à mon fils dec 4 ans ! Et pour l'HNI non un enfant n'est pas capable de contrôler ses sphincter complètement avant de savoir monter ou descendre les escaliers... Enfin c'est une question motrice ! Et ce n'est pas une étude payé par les producteurs de couches jetables ! Mais une question psychologique et psychomotrice. Nos mères ou grand-mères mettraient les enfants au pots dês 6 mois car elles en avaient assez de laver les couches... ! > Signaler un abus
  • 16h, jeu 23 juin. anonyme Je ne connaissais pas l'hygiène naturelle infantile et je trouve cela effrayant sachant que cela sollicite encore plus tôt le périnée. Plus tôt il est sollicité plus tôt il prend sa retraite et je sais de quoi je parle pour subir des incontinences urinaire avant 30 ans m'obligeant à de la rééducation régulière. Et oui j'ai été mise au pot trop tôt avant de savoir marcher. Je ne dis pas que ça arrive à tout le monde mais cela augmente les risques. Pour mes enfants ce fut naturel, le pot était présenté et expliqué assez tôt (18 mois) mais laissant libre de l'apprivoiser. Chaque enfant est différent, certains en ont peur d'autres sont fières de faire comme les grands très vite. > Signaler un abus
  • 21h, dim 05 juin. anonyme 18 mois est simplement une moyenne tout enfant est différents.il y a plusieurs signes qui montrent qu' un enfant est prêt à être propre et ce n est pas un apprentissage mais une acquisition tout comme la marche ou la possition assise chez le tout petit. Les anciennes générations mettaient l enfant sur le pot des qu' ils savaient s asseoir voir pire avant même, aujourd'hui des études sont faites non pas pour apprendrent aux mères comment s occuper de leurs enfants mais plutôt pour donner un guide a comment mieux les accompagner dans ces étapes importantes de la vie > Signaler un abus
  • 15h, dim 05 juin. anonyme mon dieu ce qu'on peux lire comme études qui ne servent à rien, chaque mère fait comme elle le sent, c'est le cas de le dire! des études sur tout pour ne rien dire, mon fils à été propre jour ET nuit a 18 mois, le pot dès 1 an et cul nu dès les beaux jours avec le pot a portée de lui, ma génération (54 ans a ce jour) ne s'est pas embarrassée par les études sur ceci ou cela ni les recommandation à la "Dolto" dans l'éducation de leur progéniture et encore moins nos mères... elles avaient autre chose à foutre que de lire toutes ces conneries ... quand je vois certaines jeunes femmes aujourd'hui éduquer ou élever leurs enfants (et encore je ne sais même pas si elles font les 2) , ben ça me fait peur pour l'avenir, la sucette à 5 ans, la couche à 4 ans, l'enfant roi etc..... on en reparle dans 20 ans mais quand on voit les jeunes de 20 ans j'ai encore plus peur.... alors le pot... aujourd'hui c'est plus souvent "t'as fait caca sur le canapé mon chéri? mais c'est très bien! continue comme ça, je vais pas te gronder sinon tu vas être traumatisé pour le restant de ta vie"... > Signaler un abus
  • 15h, ven 03 juin. anonyme Louane à 15 mois et depuis le jour de ses 1 an je l'ai posé sur le pot et aucune réticence et aujourd'hui c'est elle qui demande le pot avec son doigt bien sur elle a toujours sa couche mais elle a compris a quoi servait le pot et tout çà sans traumatisme > Signaler un abus
  • 17h, jeu 02 juin. anonyme Un bébé comprends très vite et apprécié d'avoir le derrière propre et je crois que tous les enfants des générations dont les mères lavaient les couches n'ont pas été traumatisés Mais peut être est ce mieux d'avoir un bambin qui a "une démarche de Cowboy "?De plus les économies non négligeables sur le budget couches > Signaler un abus
  • 11h, sam 14 mai. anonyme Je doit vraiment boire de l'huile c'est tellement bon ? > Signaler un abus
  • 22h, dim 22 nov. anonyme Les bébés sont capables de relacher leurs sphincters dès la naissance même s'ils n'arrivent pas encore à se retenir. Et ils sont capables de se retenir bien avant qu'ils sachent monter des marches. Je pratique l'hygiène naturelle infantile avec mon bébé. C'est à dire que depuis sa naissance je lui propose d'éliminer ailleurs que sur lui. Il a 11 mois aujourd'hui et il est capable de se retenir jusqu'à 2 heures et ce depuis un bon mois déjà. Bien qu'il y ait encore des accidents, il fait entièrement ses besoins au pot ou aux toilettes. Donc la propreté est bel et bien possible avant 18 mois et il faut arrêter de se fier aux études de producteurs de couches jetables... > Signaler un abus
Ajouter mon commentaire